Reigi dans le dojo

L’étiquette

L’étiquette (reigi) définit les règles à suivre dans le lieu de pratique (dojo). Le reigi est né dans le Japon médiéval à la fois pour développer un état d’esprit serein – ne pas montrer d’intention agressive – et également pour assurer sa sécurité, en ne laissant aucune ouverture.

Le respect de cette étiquette est l’expression d’un état d’esprit. Tout comme son absence. Akuzawa Minoru

Le reigi peut varier d’un dojo à un autre. Néanmoins, restent constantes les valeurs morales du bushido (voie du guerrier) : courage, politesse, humilité, maîtrise de soi, respect, etc. Les pratiquants doivent développer ces vertus dans le dojo, et aussi en dehors.

Le salut

La pratique commence et se termine par le salut (rei). Il exprime la politesse et le respect dû au dojo, au professeur, au partenaire, au sabre. Il existe le salut debout, le salut assis, le salut armé et le salut sans arme. L’entrée et la sortie du dojo sont précédées du salut au kamiza.

Le lieu d’entraînement

C’est au kamiza (haut mur) que sont généralement situés l’autel (shinden), le « siège impérial » (gyokuza), l’espace surélevé (tokonoma), le siège du shihan (shihandai), le siège des invités (raihinseki). À l’opposé se trouve le shimoza.

Le kamiza se trouve généralement à l’opposé de l’entrée. Le côté gauche, vu du kamiza, est le côté le plus honorifique où se trouvent les élèves les plus gradés. Ainsi, quand vous entrez dans le dojo (lieu où l’on s’entraîne) de notre école, les plus gradés se trouvent le plus à droite, face au kamiza, et les moins gradés, le plus à gauche.

Avant chaque cours, nous balayons le parquet du dojo. Il est bien que ce ne soit pas toujours les mêmes qui effectuent cette tâche !

La tenue

Outre l’hygiène corporelle, la tenue d’entraînement (keikogi) du iaidoka doit être propre, en bon état et correctement ajustée. Voir la page dédié à l’équipement.

Les armes

Les armes doivent être en parfait état, manipulées avec soin et respect au cours de la pratique comme en dehors. On ne marche pas sur une arme, on ne plante pas la pointe, même d’un bokken, au sol, etc. Il est nécessaire de transporter ses armes dans une housse pour les protéger des intempéries et des regards.

Après la pratique du iaido, il faut entretenir ses armes. le sabre doit être huilé avec soin pour éviter la corrosion de la lame.

L’attitude

L’attention et la vigilance sont requises lors des cours : écouter les explications de l’enseignant, observer quand il montre les exercices, être attentif à ce qui se passe au sein du dojo, éviter les bavardages.

Quand le professeur montre une technique ou un kata, une posture correcte est requise : le corps droit si vous vous tenez debout, en seiza ou en tailleur si vous êtes assis.

L’assiduité

La régularité dans la pratique est une des conditions indispensables à l’apprentissage des techniques et des kata. Les cours du samedi, tôt le matin (8h) et les cours du mercredi soir après une journée de travail, requièrent courage et volonté de dépassement de soi ! Mais ils sont indispensables pour suivre l’enseignement et progresser.

De même, la ponctualité est requise à chaque cours.